Mémoire de Sexogestalt.

Tantragestalt

accueil

Une approche de l'intime vers l'infini

Que le sexe soit la première étape, mais non la dernière…
Osho Rajneesh


Le contact, c’est l’appréciation des différences.
Frederick Perls

Introduction

Un tiers de siècle après la grande “révolution sexuelle” des années 68, beaucoup de nos contemporains continuent de se sentir frustrés, insatisfaits, persuadés de passer à côté de l’essentiel. Si bien qu’un nombre croissant d’entre eux s’ouvrent à une approche spirituelle de la sexualité, cela est juste si la sexualité est intégrée dans sa plénitude et que le socle soit la relation grâce à l'individualité.
L'union serait là où l'homme et la femme ne séparent plus le sexe de l’amour et, ne limitant plus la jouissance à sa seule dimension pulsionnelle, ils voient au contraire en elle le plus bel outil spirituel.
Comme le tantrisme indien, le taoïsme chinois a produit de nombreux écrits sur la sexualité, proche d'une sorte d'alchimie intérieure. Certaines techniques sexuelles complexes, décrites dans des ouvrages anciens, sont assimilées à des recettes d'immortalité. Là encore, il s'agit avant tout de textes symboliques. Le taoïsme, comme le tantrisme, se fonde sur un sentiment d'unité avec le monde, vécu dans la double polarité yin-yang, masculine féminine. Le développement de cette conscience se fait à l'aide des techniques énergétiques : qi gong, massages, respiration, méditation, travail sur le son. D'une manière plus systématique peut-être qu'en Inde, le taoïsme s'est penché sur l'application de ces techniques au domaine de la sexualité. " Le tao de la sexualité consiste dans la guérison, la multiplication et la transformation de l'énergie sexuelle. Dans les deux méthodes, la conservation de la semence (sperme) est considéré bénéfique pour la vie. Les femmes apprennent à libérer l'énergie et la force de leurs ovaires, les hommes la force du sperme, pour les faire circuler consciemment dans le corps " écrit Maitreyi Piontek, élève de Mantak Chia, dans Le Tao de la femme (éd. Le Pré aux Clercs).

Les principes du Tantra et du Taoïsme sont en plusieurs points identiques. Ils cherchent à réunir les contraires : l’homme et la femme, à vivre les expériences de la vie incluant la sexualité comme point de départ vers la spiritualité et comme point final vers la vérité. (Nicole Tremblay article "le Tantra et le Tao")

APPRENDRE A CONSERVER L'ÉNERGIE.

Les adeptes du Kung Fu sexuel doivent s'efforcer de répandre leur semence aussi peu souvent que possible. Sun Su Miao, un des plus grands médecins de la Chine antique qui atteignit l'âge respectable de 101 ans, n'éjaculait qu'après avoir fait l'amour cent fois. Il conseillait à ses patients de rechercher l'orgasme non éjaculatoire mais admettait la libération occasionnelle du sperme, suivant l'âge du sujet :

   Un homme de 20 ans peut éjaculer une fois tous les quatre jours.
Un homme de 30 ans peut éjaculer une fois tous tes huit jours..
Un homme de 40 ans peut éjaculer une fois tous les dix jours..
   Un homme de 50 ans peut éjaculer une fois tous les vingt jours..
   Un homme de 60 ans et plus ne devrait plus du tout éjaculer...".

Les textes taoïstes enseignent que l'énergie masculine conservée est source de santé, de longévité, voire d'immortalité (au sens de transcendance de l'esprit) : " Si un homme se livre une fois à l'acte sexuel sans perdre sa semence, il fortifie son corps. S'il le fait deux fois, son ouïe sera fine et sa vue perçante. Trois fois et toutes les maladies disparaîtront . Quatre fois : il jouira de la paix de l'âme. Cinq fois, son coeur et son sang seront améliorés. Six fois, ses reins deviendront robustes. Sept fois, ses cuisses et ses fesses gagneront en puissance. Huit fois et son corps deviendra lisse. Neuf fois, il atteindra la longévité. Dix fois, il deviendra immortel..." Inversement, si l’Amour est pour la plupart des spiritualités la question centrale de l’existence humaine, comment ne pas admettre que la mise en acte de ce mot très énigmatique trouve son plus bel atelier dans la relation sexuelle.

Ah l' amour toujours l'amour,

Les hommes et les femmes ont souvent une sexualité opposée,

elle dit : je veux ton amour

lui : je veux ton corps.

  Cela peut changer après un travail sur soi, qui sera dans la plupart des cas long et douloureux, la tendance à penser que les conditionnements d'une vie se modifient rapidement et simplement est d'apès mon experience irréaliste.

après cela,  il pourra dire : je t'offre mon coeur, elle donnera son corps.

Les corps deviendront le creuset où la vibration du cœur devient le point de départ vers une sexualité pleine et consciente.

Parcours de Vie

Aimer ne signifie pas désirer le corps de l'autre, mais comprendre l'essence de l'âme de l'autre...

Le don de notre "Soi" n'a rien à voir avec le désir régressif et infantile de retour à l'indifférenciation de la relation mère enfant...

C'est la différence entre le sage et le petit enfant, l'un est conscient, l'autre pas...


Amour Alternance Amplitude

 1- Porneia : du grec pornê, prostituée. L'amour est dévorant, on attend de l'autre qu'il nous nourrisse.
 2- Pothos : souffrance, passionné, possessif, il s'agit d'une demande inquiète et obsessionnelle.
 3- Pathé : amour passion, comme un fou, je suis perdu sans ma moitié.
 4- Eros : on est beau et on se fait plaisir. Désir de prendre l'autre et d'être pris, besoin de légéreté.
 5- Philia : l'amour est amical, ouvert, parce que j'inclus le désir, j'apprends à le découvrir, je dis, je partage.
 6- Storgé : amour tendresse, je suis heureux quand tu es là, qui que tu sois. Je peux être seul en estime.
 7- Harmonia : que c'est beau la vie quand on aime ! Conscience de toucher, et d'être touché.
 8- Eunoia : amour dévouement, j'aime prendre soin de toi, je peux devenir par choix, sujet et objet.
 9- Charis : amour célébration, je deviens amour et j'en tire une grande joie, sans condition, sans raison.
10- Amour Agapé : je suis.

Essai de transposition à la sexualité  Féminine

 1- Porneia : rêves de puissance, je suis prête à tout pour l'avoir et fier de jouir de cette fin.
 2- Pothos : stratégie déguisement grossier souffrance inquiétude après réussite des "plans".
 3- Pathé : je suis multiple, je souffre du manque si j'arrête de séduire je veux être vue.
 4- Eros : je couche avec le sourire. Désir d'être prise et protégée, partage je suis prête pour Nous.
 5- Philia : le désir est ardent, j'apprends à le découvrir, je dis, je partage. je m'ouvre à d'autres choix.
 6- Storgé : tendresse du don de soi , nous sommes en union Je m'abandonne.
 7- Harmonia : conscience de toucher, et d'être touché. La vie coule avant pendant et après.
 8- Eunoia : j'aime prendre soin de toi, je suis aimante sans et avec sexualité, je choisis quand et comment.
 9- Charis: que sa volonté soit faite, je deviens amour avec une grande joie je me donne.
10- Amour Agapé : je suis.

Essai de transposition à la sexualité Masculine

  1- Porneia : film, je me vide je suis content et fier de jouir de ce potentiel.
  2- Pothos : idem que porneia avant éjaculation souffrance inquiétude en plus après.
  3- Pathé : idem que pothos, je reproduis le shéma sans fin, je souffre du manque si j'arrête.
  4- Eros : on se fait plaisir. Désir de prendre l'autre et d'être pris, partage, j'attends que tu sois prête.
  5- Philia : le désir est ardent, j'apprends à le découvrir, je dis je partage. je m'ouvre à d'autres choix.
  6- Storgé : tendresse du don de soi , nous sommes en union.  Je choisis quand et comment.
  7- Harmonia : conscience de toucher et d'être touché. La vie coule avant pendant et après.
  8- Eunoia : j'aime prendre soin de toi, je suis aimant sans et avec sexualité, je m'abandonne.
  9- Charis : que sa volonté soit faite, je deviens amour et avec une grande joie je me donne.
10- Amour Agapé : je suis.

Femme Fluide Frais

    Un sentiment d’étrangeté dans l'intime de la chair  "J’ai eu honte d’être si mouillée." Les fluidités ont mauvaise presse, hélas. Quand cela "passe" je m'oublie je donne et m'abandonne. Cela est possible quand la confiance et la sécurité sont présentes, je suis  vulnérable car j' ai abaissé mes défenses et posée mes armes je suis une proie facile si l'homme ne respecte pas la vie que j'incarne.

L'éveil des sens

  L’élément liquide est une composante essentielle du Cantique des Cantiques. Le poème évoque les sécrétions : "Tes jets font un verger de grenadiers" (IV, 13), ou encore "et de mes mains a dégoutté la myrrhe", qui donnent l’impression d’un écoulement perpétuel. L’atmosphère du poème est dominée par une humidité omniprésente qui évoque une sorte de moiteur langoureuse des corps. Cet élément liquide est également matérialisé dans l’évocation des cours d’eau (IV, 15) : "Source qui féconde les jardins", aux vertus régénératrices. La figure liquide sans aucun doute la plus présente dans ce poème est celle du vin. Il est symbole de l’ivresse démesurée de l’amour, de la passion. Sa fonction première est d’être bu, d’être goûté. Par l’absorption, le vin a des répercussions sur tous les sens du corps. D’autres éléments, tels que les fruits par exemple, apparaissent dans le poème (II, 3) : "et son fruit est doux à mon palais". La signification est également évidente car il s’agit d’une image phallique du fruit qui éveille les sens. Le signe phallique renvoie à des lieux clos comme le "cellier", où l’on ne rentre qu’en état d’ivresse, ivre de vin, c’est-à-dire de plaisir, de désir. L’atmosphère baignée de toute sorte de parfums vient renforcer cette idée d’ivresse vertigineuse. Prenons l’exemple du nard (I, 12), "mon nard donne son parfum". Le nard est la source du jaillissement des odeurs, il renferme tous les parfums et ce mélange est celui qui provoque l’étourdissement de plaisir.

Cette stimulation des sens donne lieu à un état d’extase qui n’est pas sans nous rappeler celui de Sainte Thérèse d’Avila sculptée par Le Bernin. Elle parle d'un instant précis d'extase céleste où un ange a transpercé son cœur d'une flèche, la remplissant à la fois de douleur et d'un bonheur ineffable. L'extase de Sainte Thérèse peut évoquer l'extase amoureuse du Cantique des Cantiques, car elle nous rappelle la dimension proprement érotique du poème, comme si l'extase sexuelle et l'extase spirituelle n'étaient finalement qu'une seule et même sensation.

L’amour humain exalté dans le Cantique des Cantiques interviendrait seulement dans le poème pour prêter ses expressions à cet amour surnaturel et divin qui a été révélé à l’esprit du poète sacré.

le plus puissant des aphrodisiaques ? La confiance. Confiance en moi, d’abord, puis confiance en mon partenaire.

De l'importance du baiser :

Comment expliquer à quelqu'un le goût de la vanille si elle n'a jamais goutté la vanille ?
Je suis un peu devant ce dilemme car je me rend compte que j'étais aussi dans ce cas depuis
que j'ai goutté la vanille je sais ce que c'est.

Le baiser est un peu à la relation ce que le démarreur est à votre voiture, pas ou peu de baisers, votre moteur vibratoire, énergétique ne tournera pas de façon optimale…

Le baiser devrait, être long langoureux humide, la bouche enrichie du fluide et de l'énergie de l'autre
devient alors le creuset ou l'alchimie est possible et cela produit un magnétisme nouveau une énergie autre que la pulsion nous traverse et cela se ressent physiquement dans le corps.


Cette alchimie est la capacité de rencontrer une altérité. On sait que l’humain est androgyne, il pourrait être heureux tout seul. Mais si l’on revient au texte biblique, émerge une anthropologie où “il n’est pas bon que l’homme soit heureux seul”. Et ce bonheur est là, à nous de le découvrir.

Il arrive souvent que les blessures de vie et, ou la mauvaise entente du couple font que l'on ai des rapports sexuelles, mais on ne s'embrasse plus, il sera alors difficile d’éveiller le vibratoire et les années risquent de créer l'animosité entre les partenaires. Il est plus sain d’arrêter la relation.


L'espace du coeur est frais

  le voile se déchira ; le sentiment d'être un individu séparé s'évanouit.
Il n'y avait alors plus de temps, ni d'intérieur ni d'extérieur. Plus de sujet ni d'objet.
  Ce que je croyais être le monde apparaissait sous un jour nouveau et dans une fraîcheur insoupçonnée. Au-delà de la frontière duelle, il se révèle comme étant la radiance naturelle de la conscience infinie. Nous ne sommes pas l'histoire d'une vie : nous sommes la Vie même. (Somasekha)


Synthese générale

  Evidemment tout ceci est très subjectif et à appréhender avec toute la souplesse bienveillante de l'amour, en considérant que chaque être humain est différent, il n'y aura jamais de généralités valables pour tous.
 Selon les traditions chinoises, il y a une relation étroite entre notre énergie vitale ( "Shen") et la sexualité.
Pour traduire en language simple et imagé. On peut comparer les trois premières étapes à de la plomberie, utile pour faire circuler de l'eau nous sommes, 60% eau (78% chez un bébé) cela marche très bien, et je pense à une rivière.

Les étapes 4/5/6  l'eau coule dans cette rivière je suis vivant,  grâce à cela le sang coule dans mes veines la rivière s'arrête ma vie est finie je dépends aussi du tout, car je fais partie d'un principe dont les formes changent mais qui est unique et unifié.

La suite est plus subtile et j' ai toujours la plomberie je suis avec, je vais dans l'eau et la rivière m'emporte.
En visualisant mentalement cette scène pleine de ressentis vont naître en moi le choc thermique le côté tonique ,vivifiant mais aussi l'insécurité la solitude et là le monde peut commencer à changer si j'arrive à faire un arrêt sur image et passer de l'autre côté et je me place derrière cette image.
Essayer avec un tableau vous verrez d' abord l'image que votre mental a enregistré du tableau, après il faudra lutter avec les questions pourquoi, comment.
Un jour il faudra accepter que la vie passe sans trace sur le microfilm illusoire de notre mental.

Voir au-delà de ce que je pense être.
Ecouter plus loin que le son, e
ntendre la vibration

Le Ciel étant énergie et le sol inertie, le premier apparaît comme le fécondateur du second, donnant vie à tous les embryons qu'il contient, à toutes les possibilités de manifestation qu'il implique.

Désir.

Les hommes, obsédés, toujours prêts à se jeter sur une jolie fille et nécessairement plus demandeurs que leur compagne ? Un stéréotype tellement bien admis qu’une large majorité de femmes pensent que les besoins masculins sont par définition supérieurs aux leurs. Et si ces messieurs se font durablement prier au lit, ces dames se disent que le problème vient forcément d’elles.

Jouer les Superman, ça ne les intéresse plus ! La réalité serait pourtant plus nuancée. Et les hommes s’inquiéteraient, aujourd’hui plus qu’hier, d’un manque de désir. Fini, les super-lovers obligatoirement « tout-jouissants » ? Le psychanalyste Jean-Claude Liaudet se demande s’ils ont jamais existé, tandis que le Dr Serge Hefez, psychiatre, s’interroge sur le besoin d’adhérer à un tel idéal. Non, les hommes ne seraient pas ces « sex machines » à la James Brown. Ils ont aussi leurs fragilités. Evidemment!




De la pornographie à l'érotisme

  Dans une lettre que Roland Barthes adressa en 1977 à Hervé Guibert et qui constitue un  motif de tristesse: «Je ne voulais nullement "ma langue sur sa peau", confie l'écrivain, mais seulement, ou autrement "mes lèvres sur sa main". La nuance est littéraire (puisqu'elle tient au langage)? Mais je vis selon la littérature, j'essaie de vivre selon les nuances que m'apprend la littérature.» Et Barthes de poursuivre: «Un effet de littérature se produit lorsque la littérature (la langue bien faite) modifie quelque chose dans le réel. Renvoyé par les mots au dégoût de "ma langue sur sa peau", c'est peu dire que je renonce à lui: je renonce à moi-même; je vais oublier mon corps.» La littérature ici semble avoir été submergée par une sexualité peu «sexy». 

De la langue sur la peau aux lèvres sur la main, il y a la même distance que celle qui sépare le «désir lourd, celui de la pornographie» du «désir léger, celui de l'érotisme». Cette langue est «cauchemardesque».

Et Nicolas Thomas Barthe parlants de la France, Heureuse Nation qui avez de jolis appartements, de jolis meubles, de jolis bijoux, de jolies femmes, de jolies ariettes ; qui prisez avec fureur ces charmantes bagatelles, puissiez-vous prospérer longtemps dans vos jolies idées ! perfectionner encore votre joli persifflage, qui vous concilie l'amour de l'Europe ; et toujours merveilleusement coiffés, ne jamais vous réveiller du joli rêve qui berce mollement votre légère existence. Un bel exemple d'une réalité qu'on pourrait qualifier d' "Erotisme psychologique". Le joli, s'oppose au beau et au sublime. Pour le couple conscient il s'agit de passer d'un geste mécanique à un état méditatif...

Ils ne font plus l'amour, l'amour se fait...



Si vous avez aimé la forme et le style du site


dites le au site du zero